Sa majesté des mouches - William GOLDING

Sa Majesté des Mouches - William GOLDING










Titre : Sa Majesté des Mouches
Auteur : William GOLDING
245 pages
Edition : Folio
Parution : 1954
Prix : 8 € 20







Quatrième de Couverture : Une bande de garçons de six à douze ans se trouve jetée par un naufrage sur une île déserte. L'aventure apparaît aux enfants comme de merveilleuses vacances : ils se nourrissent de fruit, se baignent, jouent à Robinson. Mais il faut s'organiser et, suivant les meilleurs tradition des cokages anglais, ils élisent un chef... Un grand roman d'aventures, mais surtout un magnifique roman d'apprentissage de la vie en société avec ses règles et ses cruautés.

Mon Avis : Pour commencer je dirais que la dernier phrase de la quatrième de couverture est très révélatrice de ce qui nous attend et qu'elle résume parfaitement l'idée du récit.
Je n'ai pas vraiment envie de vous en dire plus sur l'histoire parce que je pense que le résumé en dis déjà bien assez et qu'il est assez important de découvrir cette histoire sans savoir vraiment dans quelle direction va partir l'histoire.
Pour commencer on ressent de l'espoir pour ces  jeunes garçons qui se retrouvent seuls sur une île. Ils mettent des règles en place mais comme nous pourrions nous y attendre de la part de jeunes enfants, ils oublient leur règles et préfèrent s'amuser. Le cadre de l'histoire est idyllique et les personnages, bien qu'ils ne soient que des enfants, ont des comportements très 'adultes' dans l'ensemble.
Au fur et à mesure de l'évolution de l'histoire on se met à éprouver de la pitié pour ses pauvres garçons coincé au milieu de l'océan. Le temps commence à se faire long et ils découvrent par eux même, bien que de façon très abstraite et simplifié, les joies de la 'politique' et à quel point le coeur humain peut être corrompu.
J'ai ressenti de la pitié pour un des garçons en particulier, Porcinet. C'est un petit gros à lunette qui a un accent et dont les idées, bien qu'intelligente, ne sont pas particulièrement bien accueilli par le reste du groupe. Vous vous en doutez sans doute, Porcinet n'est pas son vrai prénom. C'est un surnom qu'on lui donnait à l'école en Angleterre mais il n'a jamais eu l'occasion de donner son vrai prénom et l'histoire se clos sans que jamais on apprenne son nom.

Adaptation : Il existe deux adaptations de se romans, l'une de 1963 qui porte le même nom que le livre et une seconde de 1990 qui s'intitule L'île oublié.

3/4

Posts les plus consultés de ce blog

La Rivière à l'Envers - Jean-Claude MOURLEVAT

Nil - Lynne MATSON

Le Monde de Charlie - Stephen CHBOSKY