Unbroken - Melody GRACE

Unbroken - Melody GRACE










Série : Beachwood Bay
Titre : Unbroken
Auteur : Melody GRACE
285 pages
Edition : Prisma
Parution : Janvier 2014
Prix : 16,95 €








Quatrième de Couverture : "Ma mère m'a toujours dit qu'il existait deux formes d'amour : la brise légère et l'ouragan. Emerson Ray fut mon ouragan." En y repensant je me demande si maman l'avait vu dans mes yeux : les nuages noirs qui s'amoncellent, le crépitement sec de l’électricité dans l'air. Mais il est trop tard. J'imagine qu'on ne réalise jamais vraiment le danger avant que l'ouragan ne soit passé, t'abandonnant inerte, sur le carreau, le cœur en morceaux, éparpillé autour de toi. Quatre ans se sont écoulé depuis ce fameux été. Depuis Emerson. Depuis ses mains glissant dans une délicieuse caresse sur ma peau nue. Promis juré, aucun amour passionnel ne pourrait plus me détruire comme cela. Et retourner à Cedar Cove n'y changerait rien. Je me trompais.

Mon Avis : Si je dois vous donnez ma première impression sur ce roman, elle ne sera pas bonne. J'ai eu beaucoup de mal à entré dans l'histoire et à me faire aux personnages. Je ne trouvais aucune originalité dans cette histoire qui reprenait simplement les idées de triangle amoureux et de bad boy torturé. Mais petit à petit j'ai su mettre de l'eau dans mon vin pour au final vous dire que ce n'est pas si mal que ça.
Le plus gros problème que j'ai rencontré avec ce roman, c'est le personnage principale, qui malgré son histoire touchante passe relativement beaucoup de temps à se plaindre dans le style "Il m'a abandonné, il m'aime pas. Je peux pas vivre sans lui..." Autant dire que lorsqu'on début le roman et qu'on se prend tout ça en pleine face sans raisons, on se dit qu'elle exagère et qu'elle est un peu excessive. Néanmoins au fur et à mesure de la lecture on comprend pourquoi et notre opinion de Juliet change. On est plus compréhensif. D'une part à cause de tout ces problèmes relationnels avec sa famille mais également lorsque l'on apprend les circonstances de sa séparation avec Emerson.
Pour autant, elle n'a de cesse de toujours ressassé les mêmes idées noirs et mon dieu, que j'en ai eu marre ! J'ai du sauté des passages sinon j'allais disjoncter. Pour terminer avec le manque d'originalité, on va s'attaquer à Emerson. On lui donne l'image du Bad Boy qui fait souffrir ses "proies" mais qui au fond est tendre, un vrai bisounours. J'ai aimé son personnage qui n'était, au fondement, pas méchant pour un sous, mais qui a du se forgé cette image de garçon têtu et mauvais. Même si j'ai aimé son personnage, vous avouerez que le personnage n'est pas très original.
Il n'y a pas que l'originalité qui m'a manqué. J'ai trouvé que l'auteur se précipitait dans son écriture. Même si les héros sont sexuellement très attiré l'un part l'autre, ils ont tout de même beaucoup souffert l'un comme l'autre de leur rupture, mais ça n'empêche pas l'auteur de les faire se sauter dessus dès les 5 minutes suivants leur retrouvailles. Pour moi, les choses vont vraiment beaucoup trop vite, j'aurai eu besoin d'un peu plus de discussion et d'un peu moins de partie de jambe en l'air pour me satisfaire. Mais ce n'est pas tout, certain événements sont expédiés tellement rapidement que ça ne fait que me donne le sentiment que l'auteur à bâcler ses passages qui aurait pu pourtant être chargé d'émotion, comme par exemple tout cette histoire entre Daniel et Juliet.
Un point positif tout de même, l'auteur à su trouer quelque chose de surprenant à offrir au lecteur à la fin du roman. Mais on ne va pas trop s'attarder sur le dénouement qui pour moi est vraiment très cucul et n'as pas de sens. Il illustre parfaitement la tendance de l'auteur à tout expédier rapidement. Je vous le donne dans le mille, seulement quelques jours après leur retrouvailles et quelques heures après leur aveux,  /!\SPOILER/!\, nos deux amis décident de se marier !
Pour terminer, je dirais que le style d'écriture de l'auteur est direct et brute, ce qui change car elle n'a pas peur de dire les choses telle qu'elles sont en employant un langage cru. Le seul reproche que je peux faire à son style d'écriture c'est qu'elle s'épanche trop sur les sentiments. Bien sûr c'est important, mais disons que lorsque du début à la fin vous avez tout une tartine de description des tourments du personnage, et qui plus est, sont toujours les mêmes, ça devient épuisant.

Adaptation : Pas d'adaptation pour ce roman. Il s'agit d'une série dont les volumes sont indépendants les uns des autres.

2.5/5

Posts les plus consultés de ce blog

La Rivière à l'Envers - Jean-Claude MOURLEVAT

Nil - Lynne MATSON

Le Monde de Charlie - Stephen CHBOSKY